Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog asphaltetoile par : Chantal
  • : Au clavier d'asphalte chaque pas joue son étoile en modes mineur et majeur.
  • Contact

Citations

"Les poètes sont inutiles mais nécessaires..."Ionesco.

 

 "Je marchais sur le sable, sur une étendue vierge de toute présence et de toute absence. Soudain, la trace de trois pieds dansants. Mon âme s'est envolée avec elle, je ne sais où, là où la lumière s'épanouit."

 Michel Montigné - extrait de Carnet de voyage à Djibouti.

  

 "La couleur est la touche.L’œil, le marteau qui la frappe.L’âme, l'instrument aux mille cordes" Kandinsky

 

"Quel champ de bataille que l'homme! "Victor Hugo.

 

"C'est l'immobilité de la plage qui rend les vagues différentes" Gérard Pons, extrait de "Grains de sable".

 

"La mer et mon amour rivalisent de couleurs. Elle éclabousse le jour de fastes phosphorés. Il embrasse le monde en ses moires marines. Je te serre en mes mots comme tout contre soi on serre le silence." Colette Muyard "Etreinte" extrait de L'Homme soeur 2.

 

"Quand le sable du temps nous aura recouverts il restera notre ombre et la photo des brumes. Il restera de nous au mieux une chanson. Sur la guitare-oubli aux notes impalpables seul demeure le chant de la mélancolie..." Roger Lecomte extrait de "au café du hasard". Chanson de l'iguane sur un réverbère.

 

"Toutes les pierres ont quelque chose à dire. Leur silence sécrète toute l'histoire du monde. J'ai toujours un caillou dans ma poche, un grain de sable dans l'oeil."Jean-Marc Lafrenière

 

"On se croit mèche, on n'est que suif". Jacques Brel

 

"La douleur n'est jamais éloignée du regard et de la connaissance" Diane de Margerie.

 

"L'utopie c'est la vérité de demain" Victor Hugo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

   

 

   

 

   

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 16:48

Le couteau suisse

 

« Maman, pour Noël, j’ai commandé un couteau suisse, en Suisse. C’est le cadeau  pour Tom. J’’ai demandé au fournisseur qu’il vous soit envoyé en France. C’est plus sûr, en Egypte on ne reçoit rien. Pourriez-vous l’apporter dans vos bagages quand vous viendrez, s’il vous plaît ? 

Okay, Audrey, pas de problèmes. »

 

Le couteau arrive dans un gros carton, je suis obligée d’ouvrir. En fait le carton est bien grand, en rapport de l’objet. Je le place donc dans un petit sac cadeau décoré d’un Père Noël, afin de ne pas le confondre avec les cadeaux que nous apportons... Ainsi c’est plus joli et plus facile à intégrer dans les bagages. D’autant que nous partons avec Easy Jet et que le poids est limité. En parallèle je prépare d’autres petits paquets avec un joli papier identique pour tous et différents du sac « père Noël » ; Vous allez voir l’importance de ces précisions, un peu plus loin. Je répartis les paquets entre ma valise soute et ma valise cabine. Dernière minute, je suis obligée de modifier mon rangement et je ne me souviens plus que le couteau suisse se trouve dans la pochette « Père Noël ». Je crois le mettre en valise soute.

 

Nous sommes en pré-embarquement sur le vol de Nice pour Genève le 16 décembre. Au contrôle sécurité, on me demande d’ouvrir ma valise cabine, qu’il y a un genre de couteau suisse dedans ! Je ris, et catégorique je réponds : « pas possible ! ». Ils prétendent l’avoir localisé précisément au scanner, dans le coin gauche de la valisette ; c’est alors qu’ils extraient d’eux – mêmes un petit paquet cadeau qu’ils incriminent, mais ne l’ouvrent pas. Cela ne fait pas tilt immédiatement. Perplexe et dubitative, je pense tout haut : « ce n’est pas possible, je n’ai pas de couteau ! Je n’en ai pas acheté !!! Y a une erreur... » C’est en m’entendant répondre que je réalise subitement que si, j’en ai bien un effectivement, celui d’Audrey, mais que j’ai bien pris soin de le mettre dans la valise soute ! Donc, sans ouvrir ce paquet, ils s’en emparent. Je sursaute : « mais attendez, vous ne pouvez pas le prendre, c’est le cadeau de ma fille pour l’homme qu’elle aime ! » Karim, le jeune homme adorable qui s’occupe de ce contrôle, me dit, attendri : « bon vous avez encore le temps, je vous trouve un carton adapté, et vous retournerez au comptoir le remettre en soute ». Le carton est gratuit, il fait environ 30x20x10cm...  Euréka nous voilà sauvés ! Je propose deux euros à Karim avec un bisou, il décline l’argent parce que cela lui est interdit par le règlement, mais réclame deux bisous que je lui donne volontiers et chaleureusement.

 

En fait, sans que je m’en rende compte le couteau est toujours en valise cabine...J’étais fatiguée par une attente de quatre heures à l’aéroport de Nice. Des grèves au sol avaient été annoncées, nous avions donc décidé d’arriver deux heures plus tôt. A cela il convient d’ajouter une pincée de deux heures et quart de retard en raison d’un problème technique de l’avion à Genève avec obligation de changer d’appareil... et vous obtenez un cocktail détonnant qui vous emmêle les pinceaux.

 

Arrivée à Genève on récupère aisément le sympathique petit carton qui tressaute joyeusement à son arrivée sur le tapis. Bisous, accolades et tout va bien dans le meilleur des mondes possibles. Ecoutez bien : le petit flacon de parfum qui est dedans (hé oui, pas le couteau suisse !) remercie le nez qui lui a donné vie pour tant d’amour et de fraternité et  ne comprend rien à son voyage solitaire pendant que le couteau suisse se marre d’avoir voyagé incognito en cabine, par manque de vigilance de la part du contrôleur. Comment est-ce possible ? Vous voyez comme on est en sécurité dans les avions avec ces contrôleurs hors pair !!! Dès lors qu’ils tombent en affection de la passagère, séduits par son regard charmeur et sa voix enjôleuse, ils confondent les paquets à contrôler... Moi je ne réalise pas encore la bévue.

 

Le lendemain matin, je prends bien soin de ranger DANS LA VALISE SOUTE (vous suivez ?) le « flacon de parfum Zara estampillé couteau suisse » (ne cherchez pas dans les boutiques, il vient de sortir entre Nice et Genève  et c’est un modèle unique).

Nous embarquons sur EasyJet pour Sharm el Cheik. Au contrôle de sécurité : « stupeurs et tremblements », on m’annonce que j’ai un couteau suisse dans ma valise cabine...Je ricane, leur demande si c’est un gag ? Légèrement paranoïaque, je  suppose qu’on les a alertés de Nice, mais qu’ils ont tout faux puisque je sais PERTINEMMENT que je l’ai mis moi-même dans ma valise soute ce matin même...

 

Respirez, vous suivez toujours ?

 

...et qu’à moins de s’être autofécondé  et avoir pondu un jumeau en catimini, CE N’EST PAS POSSIBLE ! Là il me sort un petit sac "Père Noël" qui se tord de rire, avec – je vous le donne en mille - un couteau suisse et son petit étui rouge très joli. Alain va faire un coup de sang, je le sens ! J’explique qu’à Nice on m’a offert gentiment un petit carton. Non, ils répondent qu’il faut que je retourne au comptoir EasyJet pour m’en procurer un, en bas, qu’il faut me dépêcher : il est six heures du matin et l’avion décolle dans une demi heure ! Humffff, où c’est déjà ? Haleté-je, en me précipitant. Je  plante là Alain avec tout le reste de mes affaires, SAUF mon passeport et...mais ne déflorons pas tout.

 

Je prends passeport et jambes à mon cou, part en vol libre, en court-circuitant les files, fff, fff, fff, jusqu’au comptoir easyJet. Ca y est, j’y suis. Apathique, me regardant d’un œil torve, l’employé me dit, se curant les dents,  que je dois aller d’abord acheter un emballage au comptoir NONANTE, à l’opposé. Attends ? Nonante, nonante... fulminé-je, reprenant ma course, c’est bien 90 ça, chez ces Suisses ! Oui, c’est ça... fff, fff, fff.  Je skate en slalom entre les touristes nonchalants, j’ai le palpitant qui m’crie grâce. Je paie 6 euros pour un carton de 100x50x30cm, parce qu'il n'y a pas de petit format où plonge ravi cet imbécile de Père Noël, assis sur son popotin, goguenard, là tout en bas et qui se félicite de ce palace car il a la promiscuité  en horreur. C’est d’ailleurs pour cela qu’on ne le voit jamais. Dans les magasins ce ne sont pas des vrais Père Noël au cas où vous ne le sauriez pas. Cette année, je ne sais pas s’il pourra folâtrer en traineau tout seul la nuit de Noël et pour cause... lisez plus loin.

 

Je redrive à mille à l’heure vers le comptoir Easyjet ; le gars amorphe se réveille, me regarde inquiet et timidement m'annonce:

« trop tard, le vol va bientôt décoller et on ne peut plus prendre de bagages ». Je lui demande s’il se fout de moi!!! Il me répond de me dépêcher car je ne vais plus pouvoir embarquer. Le paquet est envoyé au Lost and Found après que j’aie griffonné fébrilement mon nom et mon numéro de téléphone. Bien fait pour le Père Noël, pourra pas faire sa tournée, NA !!! Non mais, ça lui apprendra à rire de mes déboires. Il aurait pu se manifester tout de même !!!

 

Je vole à nouveau vers le contrôle sécurité, situé à perpète comme chacun sait...avec, pour la troisième fois en deux jours, les corvées d’usage : on ôte les chaussures, on ôte sa ceinture, on ôte ses lunettes, on ôte ses colliers, on ôte ses boucles d’oreille, vous voulez pas ma virginité? parce que là, je ne peux rien faire, y en a plus:

on ôte SA DIGNITE!... Il est mort Ben Laden!!! heureusement qu’ils ne demandent pas d’ôter les baleines de soutien gorge. Bon d’accord, la prochaine fois, je sais, je passe en tongs et en maillot de bain, sans colifichets. Re ffff ! Je suffoque jusqu’au stand « vérification -  passeport » où m’attend Alain. Là -je ne plaisante pas- je constate que : J’AI OUBLIE MON PASSEPORT AU CONTROLE SECURITE !Où t'es toi là-haut? Tu m'lâches?

 

Les yeux d’Alain lancent des poignards, assaisonnés d' un soupçon de découragement et de résignation... Mmmfff. Je lui dis : « va en zone d’embarquement prévenir ». Je crie en dedans, mais en entrouvrant les lèvres, pour ne pas exploser. Dans un état second, je suis portée par une énergie dont je ne me soupçonnais plus capable ! Là j'y vois le Virtuose bienveillant là-haut  qui, apitoyé, me donne un coup de diesel. A la sécurité, je parviens à  récupérer non seulement mon passeport, mais... mon porte – monnaie avec mes cartes de crédit, mes sous  (ah? je les avais perdus aussi? sniff sniff, bououou). et ... mon âme? elle est encore là? !

 

Epuisée, émue aux larmes, j’arrive encore à remercier le « Grand Timonier ». Je replonge vers l’embarquement. Coup de téléphone dubitatif de l’employée de comptoir à l’hôtesse à bord qui met trois plombes à répondre: « d’aaaaccord, pas de problèèèème elle peut monter dans l’aaaavion. Toutes façons faut que l’avion se dégiiiivre,  y a pas l’feu au laaaac, on n’ part pas tout de suiiiite !!! »

 

Hum, déglutis-je. Respire, respire, respire...

Partager cet article

Repost 0
Published by Chantal Cudel Fayaud - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

gourmoud henri(plage mandelieu) 12/03/2012 18:49


apres relecture de l aventure du couteau suisse je n ai pas ete emporte dans ce tourbillon d aventure il est vrai que ce recit me parait tres personnel et je n y ai pas adhere  peux etre que
je ne suis pas rentre dans cette nouvelle!!    amicalement

Chantal Cudel Fayaud 13/03/2012 18:44



Merci de ce commentaire Henri. j'apprécie tous les retours qui me sont donnés. Et c'est avec intérêt que j'ai lu le vôtre. C'est bien votre droit de l'exprimer et j'apprécie aussi quand on me dit
son ressenti. C'est tout l'intérêt d'un blog: un partage sincère. C'est effectivement très personnel et pas du tout littéraire. Juste une envie spontanée, tant je trouvais drôles ces péripéties
et peu fiable la sécurité dans les avions...



Chantal Cudel Fayaud 09/01/2012 23:40


Une belle surprise que votre visite sur ce blog Christine. Merci beaucoup.

Christine BNP 09/01/2012 21:44


Effectivement... une sacrée Aventure !! Cdlt Christine D.

Chantal Cudel Fayaud 03/01/2012 20:03


Quelle belle surprise BAF que je ne connais pas, mais dont j'ai découvert le blog qui mérite que l'on y passe du temps. Ce que je ne manquerai pas de faire prochainement, avec attention. La
Venoge me plaît déjà beaucoup!

Baf 03/01/2012 10:49


Vive les aléas des transports...... et vive les couteaux suisses ...lol


Meilleurs vœux, bonne nouvelle année à toutes et tous  


Baf'